Billet d’humeur – Les derniers mois

Je suis à Sapporo, il fait en moyenne 5°C, la neige tombe de temps en temps et il me reste 2 semaines au Japon! Dis comme ça, on pourrait croire que c'est la fin du monde et pourtant je continue d'écrire. J'avais envie de faire une pause dans les articles voyages et de me poser un peu sur mes derniers mois au Japon.

Mes déplacements

Comme je le disais dans un de mes articles : ici, je suis passée par Osaka après avoir terminé mon séjour de 6 mois à Naha! Je suis restée 18 jours à Osaka, ville située dans la région du Kansai, non loin de Kyoto. Je me suis ensuite envolée pour Sapporo, située au Nord du pays dans la région d'Hokkaido. Je m'y suis établie pour 3 semaines. Contrairement à mon séjour paisible et tranquille à Okinawa, j’enchaîne pas mal les aéroports sur les derniers mois - pas évident mais on y arrive!

Capacité d'adaptation

Mes différents courts séjours m'ont fait comprendre encore plus de choses sur ma capacité d'adaptation. Avec ma fragilité latente, je savais qu'il me faudrait plus de temps qu'auparavant pour m'adapter à un changement d'environnement. Il me faut donc 3/4 jours pour savoir si je me sentirai bien ou non et en général je me sens toujours mal à l'aise pendant cette période puis tout se décante.

Cas Osaka

Ayant eu des retours assez peu positifs de la ville et inaugurant ma première expérience en workaway (échange de temps de travail contre un hébergement), j'avoue être arrivée avec beaucoup d'appréhension! Mais le quartier où je résidais était parfait pour moi - Quartier Abeno : calme, rural, convivial, et pourtant proches de plusieurs points d’intérêts et de grands centres commerciaux (pour les emplettes).

Il m'aura fallu 1 semaine pour me sentir à l'aise avec les gens et les lieux. Okinawa me manquait énormément...mais j'ai tissé des liens avec mes collègues de workaway (j'en parlerai plus dans un autre article).


Cas Sapporo

Le départ d'Osaka a été difficile, après 18 jours j'avais trouvé mon rythme de croisière. Mon arrivée à Sapporo, c'est donc faite dans le froid et la mélancolie d'Osaka et d'Okinawa !!Les premiers jours ont été abominables : peur des personnes avec qui je cohabitais, le froid qui me rend toujours aussi faible et les règles de vie dans cette maison qui me semblaient trop restrictives.

Après 4 jours, j'ai réussi à me faire une place dans cette grande maison qui sert d'école d'anglais pour des enfants de 2 à 6 ans! La ville, ses grands espaces, ses couleurs et la cuisine du Nord m'ont confortés dans mon choix d'affronter le froid...


Le mental sur ses derniers mois?

Bouger dans tous les sens avec 2 valises, ce n'est clairement pas mon truc! Le fait de changer d'environnement, ces derniers mois, et de rencontrer d'autres types de voyageurs m'aura permis de me rendre compte de ce que j'ai accompli pendant ces 7 mois et demi. Ayant toujours l'impression que ce que je fais est normal voir assez banal, il me faut souvent le regard de personnes extérieures pour prendre conscience de ce qu'il y a de spécial chez moi (je les remercie d'ailleurs).

Alors, non, mon anxiété n'a pas disparu (je fais encore des crises d'angoisses de temps en temps) mais j'arrive quand même mieux à vivre avec quand je voyage! Se pose la question du retour en France, je n'ai pas la moindre idée de ce que je vais faire une fois rentrée et je crois que c'est tant mieux. Je rentrerai donc sans pression et j'essaierai de me laisser le temps de voir de quoi j'ai envie : en espérant que la vie parisienne ne refasse pas resurgir des démons, qui pour l'instant, semblent domestiqués!