STOP 4 – Kyoto, la foule de touristes et moi..

S'il y a une chose que j'ai comprise en vivant au Japon, c'est que j'aime les coins où l'espèce humaine n'est pas trop représentée! Donc la foule de touristes (ou autres mammifères) ce n'est pas du tout ma tasse de thé mais j'ai tout de même voulu aller à Kyoto pendant mon temps à Osaka, donc en avant...

かんさいのりょこうのとき、京都へいきました。ふしみいなりがぜひみたい。このところはきれいだったけど多かったです。おおかったからきぶんがわるくなりました・・ざんねんね!!

Emplacement

La ville de Kyoto se situe dans le Kansai au nord d'Osaka. Je m'y suis rendue en partant du quartier d'Abeno. Le trajet le moins cher (640¥) fait prendre la ligne Keihan à l'arrêt Temmabashi à Osaka et vous amène directement sur Kyoto en 45 minutes environ. J'ai absolument voulu aller voir Fushimi-inari Taisha qui se situe dans le sud de la ville et le quartier de Gion au Nord entre les deux je suis passée par la tour de Kyoto.

Ma petite excursion à Kyoto

Fushimi-inari Taisha (伏見稲荷大社)

Un des sanctuaires shintoïstes les plus emblématiques de la ville. Il célèbre la divinité Inari qui veille sur les cultures de riz et sur les prostituées. Adorée pour la fertilité qu'elle apporte cette divinité est aussi crainte, car elle aurait le pouvoir d'ensorceler les hommes. Inari est une déesse reconnue par les shintoïstes mais aussi par les bouddhistes. Le messager sur terre d'Inari est un renard (kitsune - 狐 en japonais) ce qui explique la présence de nombreuses statues à l’effigie de l'animal!


C'est au 8e siècle qu'une puissante famille originaire de Corée fonde le sanctuaire qui pendant plus d'un millénaire recevra des offrandes de toutes sortes des agriculteurs afin que leurs récoltes soient bonnes. Fushimi-inari Taisha est un sanctuaire constitué d'une multitude de bâtiments éparpillés sur la montagne Inariyama (稲荷山).


Quelle étrange sensation de se balader dans les allées de torii (portail traditionnel shintoïste) qui grimpent dans la montagne : de nos jours, les agriculteurs ne se bousculent plus vraiment au portillon mais les hommes/femmes d'affaires viennent eux volontiers pour offrir un torii gravé au nom de leur entreprise afin de s'assurer de sa prospérité! Il faut compter plus d'un million de yens (≈ 8 200€) pour les plus grands torii... Au-delà donc du côté traditionnel, les allées ressemblent de plus en plus en grand écran d'affichage publicitaire.

Le quartier de Gion

Pour vous rendre à Gion depuis Fushimi-inari rien de mieux que ses pieds !! J'ai donc marché du sud au nord de la ville ce qui m'a permis de contempler la gare JR de Kyoto (à l'architecture très très moderne), la tour de Kyoto ou encore le temple Higashi Honganji.


Bienvenue dans le Japon de tous les fantasmes collectifs : maisons en bois, grandes allées et geishas nous transporte dans le Kyoto de l'époque Edo (1600 - 1868) ! Je n'y ai flâné que de nuit pour éviter la foule de touristes de la journée, l'atmosphère y est paisible et les divers restaurants vous invitent à vous détendre dans une atmosphère typiquement japonaise.

La foule de touristes et moi...

Remettons-nous dans le contexte, je débarque dans le Kansai après avoir vécu 6 mois à Okinawa et avoir fréquenté des lieux dans lesquels mon espace vital pouvait aller jusqu'à 10m de diamètre (une belle bulle, me direz-vous!). Je me retrouve donc à Kyoto, l'une des villes les plus visitées du Japon avec un nombre de touristes au m² impressionnant. Mon arrivée à Fushimi-inari a donc été un désastre! Un sentiment d’oppression intense, une sensation d'être submergée (et pour le coup je l'étais face à ce raz-de-marée humain). Je dois bien l'avouer, je n'avais qu'une envie rentrer à Osaka, j'ai frôlé la crise d'angoisse!


Quand la pression a été trop forte, je me suis échappée hors des sentiers aménagés et grand bien m'en a pris! On ne se perd pas sur cette montagne donc pas besoin de suivre l'itinéraire indiqué - Prendre les petits chemins c'est un bon plan. De plus, tout comme l'oxygène la foule de touristes se raréfie avec l'altitude! Au final malgré les difficultés, je suis contente d'avoir pu voir ce lieu et d'avoir pu déguster des Kitsune udon (des nouilles accompagnées de tofu frit dans un bouillon), plat typique du temple.

Quelques images en plus